jeudi 19 janvier 2017

L'EMPOWERMENT FEMININ PAR LE SPORT


Le titre un peu sérieux de ce post donne l'impression d'une dissertation mais pas de panique, pas de cours magistral ici mais une envie d'observer une tendance qui prend de plus en plus de place.
Difficile à vrai dire de trouver d'autres mots pour titrer cet article... Le choix d'un anglicisme peut faire grincer quelques dents mais on n'a toujours pas trouvé définition approprié pour ce terme anglais issu du vocabulaire social, marketing et politique, que l'on trouve de plus en plus dans les discours féministes.
Il fut un temps où le sport avait une connotation physique conséquente: on faisait du sport pour avoir un beau corps et l'exhiber (ou exhiber son corps en faisant du sport). On pense 80s, justaucorps échancrés, aerobic, transpiration...
Et puis, entre-temps, est arrivé le sport mental, le sport bien-être comme le yoga, le pilates...Ces disciplines qui font travailler nos muscles tout en apaisant l'esprit.


Aujourd'hui, une nouvelle génération tend à vouloir combiner ces deux concepts: pratiquer une activité physique pour s'affirmer, se renforcer, dépasser ses limites,..., tout en l'accueillant comme une discipline de bien-être. 
Et dans cette mouvance, les femmes ont pris une place à part en ajoutant à leur démarche un moyen quasi-féministe de célébrer leur identité et leur puissance...Ce fameux empowerment: devenir maitresse de son existence et de son destin en se sentant plus forte physiquement et mentalement
Et la vache, qu'est-ce que c'est inspirant!

Il y a eu Beyonce et sa marque Ivy Park commercialisé à coups de campagnes de pub célébrant le mouvement, le dépassement de soi et surtout, le corps...Ce corps que les femmes se réapproprient, temple glorieux qu'elles façonnent pour le rendre encore plus fort et sensuel. Ce corps capable de donner la vie, de nous emmener encore plus loin dans l'effort, d'être beau, d'être sexy, d'être musclé, d'être doux....
Plus récemment, c'est FKA Twigs qui fait la promotion de Nike dans un clip hypnotisant, mêlant puissance et grace, poussant à toujours repousser ses limites pour avoir encore plus confiance en soi, assumer ses différences.


Des communautés féminines se retrouvent sur les plateformes en ligne comme le site Inside/Out ou à Paris, Chez Simone, véritable appartement dédié au bien manger, bien vivre et bien bouger. Il y a aussi ces fans d'indoor cycling qui nouent des amitiés solides en transpirant sur leurs vélos, toujours prêtes à aller encore plus loin, plus vite...inspirées par des figures comme Clotilde Chaumet, véritable prêtresse du yoga (elle a eu cette idée géniale du hip-hop yoga et coach d'indoor cycling chez Dynamo, que l'on suit allègrement sur Instagram.
Il fait vraiment envie d'en faire partie de ces bandes de filles belles, sexy, puissantes, authentiques et libres. Parce que y'a pas à dire, qu'on soit fille ou garçon, il faut bien l'avouer qu'on se sent divinement bien après avoir tout donné pendant une session sportive, d'avoir tendu un peu plus la jambe, fait une pompe de plus, couru 1 kilomètre de plus...Quel sentiment de grandeur quand on achève ce dont on s'imaginait incapable quelques instants plus tôt.
Et je sais de quoi je parle, depuis que je me suis remise plus sérieusement au sport, je me suis jamais sentie aussi bien.
Et vous? Vous avez aussi succombé à cette tendance? Rejoint la communauté sportive des réseaux sociaux?

Sur ce, je vous laisse, j'ai une séance de yoga et un entrainement concocté par le Nike Training Club qui m'attendent!

H.

mercredi 11 janvier 2017

A LA MANIERE DE...BIANCA JAGGER

Si il y en a bien une qui nous fait regretter le temps du Studio 54 ou du Palace, c'est bien, Bianca Jagger. Avec son allure dosant savamment sensualité, disco et vestiaire masculin, elle enflammait le dance floor. Et que dire de son tailleur lorsqu'elle a épousé Mick Jagger? Ou comment rendre hyper sexy le tailleur-jupe longue...Elle avait une prédilection pour le blanc, qu'elle rendait tantôt romantique, tantôt minimaliste, et elle n'hésitait jamais à parfaire sa tenue d'accessoires glamour.


Pour un look à la Bianca Jagger, il faut penser sensuelle, excentrique et masculin...


1- Robe Asos
2- Top Asos
3- Chapeau Topshop
4- Manteau Zara
5- Pantalon & Other Stories
6- Collier Asos
7- Veste Mango
8- Top Zara
9- Sandales Asos
10- Robe Topshop
11- Veste & Other Stories

vendredi 6 janvier 2017

MAURIZIO CATTELAN A LA MONNAIE DE PARIS: LA PROVOCATION INTROSPECTIVE


L'artiste italien, Maurizio Cattelan, a toujours fait couler beaucoup d'encre, non seulement par ses oeuvres provocantes mais aussi par son comportement facétieux à l'égard des médias.
Alors que la retrospective qui lui est consacrée à la Monnaie de Paris, s'achève dans deux jours, il est intéressant de constater comme l'art contemporain est encore et toujours au centre de débats. 


Quand on décide de visiter cette exposition à quelques jours de sa fermeture, rares sont les surprises tant elle a été "instagrammé" et "hashtagué" sous toutes ses coutures mais reste malgré tout la découverte des choix scénographiques. 
Avec une théâtralité exacerbée par les magnifiques intérieurs de la Monnaie, la présentation des oeuvres de l'artiste (peu nombreuses, il faut dire) se fait dans une enfilade de pièces, sans ordre établi, appelant toujours le visiteur à l'étonnement alors qu'il passe la tête dans un nouvel espace. Les oeuvres les plus célèbres de Maurizio Cattelan ne manquent pas à l'appel: Novecento, soit un cheval pendu au-dessus de nos têtes alors que nous nous introduisons dans l'exposition, La Nona Ora et son pape écrasé par une météorite ou encore son glaçant Him, petit communion qui se révèle être Hitler.


Toutefois, on s'attarde aussi sur d'autres pièces moins évidentes, comme All qui dévoile des corps dissimulés sous des draps de marbre, comme des gisants déshumanisés ou We qui présente des mannequins de l'artiste en taille réduite, des jumeaux allongés sur un lit, unis dans ce qui semble être un sommeil éternel.
Avec l'oeuvre de Maurizio Cattelan, on est tantôt dans le loufoque, tantôt dans l'angoissant voire le désagréable comme avec ce petit garçon haut perché dans une salle majestueuse, qui tape sur son tambour de temps à autre et qui vous fait sursauter à chaque fois. 


On aurait le défaut de croire que son oeuvre est facile, gentiment racoleuse mais ce serait nier à quel point son propos est inspiré de reflexions fortes dans lesquelles chacun de nous peut se reconnaitre: notre place dans la société, la spiritualité, l'identité et évidemment, la mort. Il s'amuse de la désacralisation des choses: de la religion, de la mort, des événements historiques et même de son public à l'image de ces pigeons perchés qui semblent nous observer goguenards, prêts à nous "chier dessus"...pathétiques spectateurs!

La scénographie de Not Afraid of Love lie intelligemment les oeuvres et les espaces d'exposition, notamment par des jeux de miroirs qui permettent d'observer les pièces avec des points de vue multiples. Seule la lumière aveuglante dans certaines salles est dérangeante mais est-ce voulu? Une volonté de mettre encore plus mal à l'aise le visiteur? Possible...
Ce qui dénote aussi sont les brillants cartels rédigés par diverses personnalités issus de cultures variées qui permettent la confrontation d'idées, d'opinions et d'interprétations des oeuvres. Quel dommage toutefois qu'ils ne soient pas plus valorisés, imprimés sur des panneaux plus grands, plus lisibles...


Avec Not Afraid of Love, Maurizio Cattelan invite au questionnement, nous provoque pour mieux nous pousser à réfléchir sur nous-mêmes et le monde dans lequel nous évoluons. Seul demeure un mystère: le choix du titre de l'exposition? 
Entre vous et moi, je n'ai pas beaucoup pensé à l'amour au milieu de ses oeuvres...

mercredi 4 janvier 2017

LE GATEAU DES INDECIS: LE BROOKIE

Bonjour

Vous aimez les cookies, vous vous damnez pour un brownie, impossible de choisir entre les deux?
Pas de panique, la brigade des gourmands a dégainé son arme fatale: le brookie, combinaison décadente des deux sucreries.

Pour un gateau (6/8 personnes):
Pour le Brownie: 
250 g de beurre doux
250 g de chocolat noir
6 oeufs
100 g de sucre
150 g de farine
1 pincée de sel

Pour le Cookie:
100g de beurre doux
1 oeuf
150g de farine
1 cuillère à café de levure
100g de sucre
100g de pépites de chocolat noir


Préchauffez le four à 180°C.

Beurrez et farinez un moule rectangulaire.
Faites fondre au bain-marie, le beurre et le chocolat. Retirez du feu, une fois biens fondus et laissez refroidir. Dans un  autre saladier, battez les oeufs et le sucre jusque'à l'obtention d'une préparation lisse mais pas blanchie.Y ajouter le beurre et le chocolat fondus. Incorporez, ensuite, la farine et le sel.
Enfournez cette préparation pour 10/15 minutes, le temps de la figer un peu. 
Sortez le du four.

Pour la partie Cookie:
Mélangez le sucre et le beurre puis y incorporer l'oeuf. Ajoutez ensuite la farine et la levure et terminez par les pépites. Répartissez des petits morceaux de cette pate sur le dessus du brownie (un peu comme un crumble) et puis réenfournez pour 10/15 minutes le temps que le cookie dore bien.

Enjoy!