mercredi 29 juin 2016

COOL KID OU COMMENT MON ADOLESCENCE ME REVIENT EN PLEINE FACE

Bonjour 

Il fut un temps que les moins de 20 ans ne peuvent pas connaitre où, à mes yeux, la classe ultime était de s'habiller comme dans Clueless, les filles de TLC, avoir la même dégaine que Claire Danes dans Angela-15 ans, être aussi sexy que Aaliyah ou Mariah Carey (si, si, souvenez-vous, il fut un temps où Mariah Carey était vraiment une bombasse!), devenir aussi cool que Kate Moss dans une pub Calvin Klein et/ou Winona Ryder (tiens, elles ont un dénominateur commun. Coincidence? Moi aussi, je devais vouloir fracasser des chambres d'hotels avec Johnny!) tandis que j'avais quelques restes inspirés de Sauvés par le Gong et du Prince de Bel Air et, je crois bien que je reluquais même les looks des Spice Girls!

Je me battais avec mes parents pour avoir LA paire de Reebok Classic blanches, des Gazelle d'Adidas, des jean Cimarron et des bombers. J'ai remercié le ciel chaque jour quand Clueless est sorti parce qu'enfin, nous découvrions une solution pour contourner les règles vestimentaires strictes de mon école privée qui prohibait le port de hauts à bretelles: merci le tee-shirt blanc à manche courtes glissés sous le débardeur et la robe à fleurs! J'ai du convaincre ma famille, que, si, porter un collier ras du cou (étrangleur!) imitant un tatouage, était du meilleur gout tout comme l'étaient mes tops qui laissaient voir le nombril.

Hier
Vous devez vous demander pourquoi est-ce que je vous raconte tout ça. Non, je ne suis pas dans une phase nostalgique, plongée dans les albums photo, regrettant mes années adolescentes et mon sac Mandarina Duck. Mais il y a eu ce phénomène étrange remarqué dans les pages des magazines, sur les podiums et dans mes boutiques préférées. Un phénomène apparu il y a plusieurs mois et qui a pris un tournant encore plus impressionnant lorsque j'ai vu surgir ma petite soeur de 17 ans, lors d'une réunion familiale, parée d'un bomber, d'un t-shirt blanc court, d'un jean large taille-haute et d'une paire de Reebok blanches. Et là, je lui ai dit, "mais attends si j'avais tout gardé - par ailleurs, petite digression à l'attention de ceux qui me disent sans cesse qu'il faut que j'arrête de tout garder comme une petite vieille toquée, la preuve que ça peut toujours servir - et bien tu n'aurais pas eu besoin de dépenser une fortune pour ressusciter la Hayley des années 1990, ma petite!". Et là, ma soeur qui ne m'a pas connu ado et qui me voit aujourd'hui comme une vieille trentenaire ennuyeuse (la pauvre, si elle savait...) n'a pas voulu croire que je l'avais précédée de plusieurs années dans l'assimilation du cool. Tant pis pour elle!

Je sais bien que la mode est cyclique et que le retour de tendances n'est pas un phénomène nouveau! On a vu ressurgir les 1980s, l'allure pop des années 1960 ou le glamour des années 50. Les adolescents ont toujours eu à coeur d'emprunter aux vestiaires du passé que ce soit les hippies des années 1970 redécouvrant la mode des années 1920 à 1940 tandis que les grunge des années 1990 avaient certainement regardé du coté des punks de la fin des années 1970. Toutefois, quand on observe ces résurgences du passé, il semblerait que nous observions plutôt des réinterprétations que des copie-conformes. L'histoire de la mode inspirait mais ne dictait pas, elle insufflait une forme de nostalgie esthétisante et surtout, elle poussait à être inventif et créatif. On farfouillait dans les fripes, les brocantes, les puces, on inventait de nouvelles silhouettes, on superposait,...Se réapproprier le passé allait souvent de paire avec une forme de marginalisation, regarder en arrière pour mieux se distinguer des diktats de la société dans laquelle on évoluait.

Aujourd'hui
Je ne regarde pas cette résurgence d'un mauvais oeil alors que je me laisse moi-même prendre au jeu (vous risquez de voir un bomber par ici un de ces jours et je pense, la larme à l'oeil, à ces paires de baskets dont ma mère s'est sournoisement débarrassées lors de nos déménagements) mais je me demande si, comme on veut parfois nous le faire croire, la mode vient vraiment de plus en plus de la rue? Je crois, au contraire, que la mode n'a jamais autant prescrit la silhouette de la rue et que, même des instants de mode aussi insolites que des reminiscences du passé ne sont plus le fait de personnalités décalées mais des opérations commerciales bien rodées.

J'aimerais que ma soeur prenne autant plaisir que moi à son age à dénicher des trésors dans les fripes, à oser quelques errances vestimentaires, à prendre ses ciseaux pour customiser des t-shirts et transformer ses jeans en jupes...Qu'elle n'ait pas peur d'experimenter et de faire des erreurs (ça lui permettra de passer des bons moments en regardant ses photos de jeunesse plus tard!), de même être parfois moche (si, si, ça nous est tous arrivé!) et qu'elle n'angoisse pas à chaque fois qu'elle passe le pas de la porte du domicile parental en espérant avoir le look idéal, car je sais bien qu'il n'y a pas plus anti-conformiste et conformiste à la fois qu'un ado, et, comme j'aurai détesté être jeune aujourd'hui, confrontée à la dictature des réseaux sociaux et des selfies. Les adolescents que je croise sont déjà tellement lookés, tellement beaux et parfaits, ils ont déjà compris toutes les règles d'un monde ultra-connecté où l'apparence est reine...Je le répète mais si j'avais été une ado à l'ère d'Instagram, Facebook ou Snapchat, je n'en aurai pas dormi de la nuit!
Le jour où j'ai décidé d'arrêter de porter des cravates épinglées d'une broche à fleur en guise de ceintures (oui, c'était gratiné!), des collants résille avec mes baskets et des robes par-dessus mes jeans (ah non, ça, ouf, ça revient à la mode!), parce que le regard des jeunes adultes que je croisais quotidiennement me mettait mal à l'aise (comme on est bien faibles face à l'Autre!), a certainement été un des jours les plus tristes de ma vingtaine car je disais adieu à ma singularité et à mon adolescence (bon et peut-être aussi au ridicule!). J'ai envie de dire à ma petite soeur qu'elle a toute sa vie pour être obligée de se conformer à la société, que le temps où son individualité sera mise à mal, arrivera bien assez vite, alors qu'elle en profite et que, même si ça me fait terriblement plaisir que mon moi adolescent soit devenu son idole stylistique, qu'elle n'hésite pas à faire fi des silhouettes Zara et que, surtout, beaucoup de tendances des 1990s étaient assez ingrates et, que si on s'en est débarrassées, c'est aussi qu'il y avait une bonne raison à cela! 

J'ai aussi envie de demander à ma petite soeur si elle veut bien me prêter ses Reebok?

H.

mardi 28 juin 2016

PLAYLIST # 60

Bonjour
Parce que le début de semaine est toujours un peu difficile, voilà de quoi se redonner du courage...

Twin Shadow: When We're Dancing
Un petit côté old school, un petit côté mélancolique, un petit côté dansant...Que demander de plus?

Sister Nancy: Bam Bam
Parce qu'on a beaucoup glosé sur le dernier single de Kanye West, Famous, mais autant se concentrer sur l'air qu'il a samplé. Iconique DJ et chanteuse dancehall et reggae!


Tyler the Creator
Sexy et cool, un point c'est tout!

Gaspard Royant: Europe
On a été toutes chamboulées par cette histoire de Brexit alors voici une chanson toute trouvée. Un français qui chante divinement bien en anglais (suffisamment rare pour être souligné!), qui s'offre une allure digne d'un rockabilly londonien et qui insuffle des tonalités Motown à sa musique: parfait!


Gaspard Royant
Mark Morrison: Return of the Mack
Petit client d'oeil familial. Un golden oldie, ça fait jamais de mal!

Totally Enormous Extinct Dinosaurs: Garden
Une électro un peu décalée qui fait son petit effet.

Wild Belle: Keep You
Un joli duo qui mêle sonorités reggae, ska et pop



Bises!

lundi 27 juin 2016

LOOK DU JOUR: SOMETHING BLUE...PAR HAYLEY


Bonjour
Je vous rassure ces photos ont été prises il y a quelques temps alors que j'avais encore les cheveux longs et que le temps nous avait donné une brève opportunité de revêtir des robes courtes.

Robe vintage @ Topshop
Panier acheté en Sicile
Lunettes de soleil Asos
Chaussures Tod's

Rien de bien particulier: mon chien, une flaque de pipi et moi, prenant la pose devant l'atelier de l'ébéniste travaillant en bas de chez moi. Une jolie devanture bleue un peu usée et follement photogénique. Je pense d'ailleurs que plus que pour ma tenue some toute assez banale, c'est surtout pour profiter de cette façade que j'ai pris la pose ce jour-là.


Je fais partie de ces filles qui, à la moindre chaleur, dégainent la panoplie de la parfaite estivante: robe légère et panier...Ce doit être la Jane Birkin qui sommeille en moi. Enfin, étant donné mon choix de lunettes, on dira l'enfant qu'auraient eu John Lennon et Jane Birkin si rencontre amoureuse il y avait eu!


Bises (en espérant que je vais pouvoir les sortir de nouveau ces fichues robes courtes et mon panier estival!

vendredi 24 juin 2016

GASPACHO DE BETTERAVES

Bonjour à tous

Bon apparemment ça va pas durer mais là il fait beau, il fait chaud et ça donne envie de se rafraichir le gosier. Et comme abuser du rosé est pas très bon pour la santé, on vous propose une alternative plus saine!

Ingrédients pour 2 personnes:

3 betteraves crues c'est mieux mais vous pouvez en utiliser des cuites
2 tomates
1/2 poivron rouge ou jaune
1 ou 2 oignons nouveaux (selon leur taille)
1 poignée de coriandre fraiche
1 branche de céleri
Du basilic
Du vinaigre de Xérès
De l'huile d'olive


Très simple: épluchez vos ingrédients (si besoin) et taillez les grossièrement. Mettez tout sauf le vinaigre, l'huile et le basilic dans un mixeur. De mon côté, j'ai utilisé mon extracteur de jus donc les quantités peuvent varier puisqu'avec un extracteur, le mélange est plus concentrée, mais aussi avec un mixeur, vous risqueriez d'avoir besoin d'allonger un peu votre soupe avec de l'eau. Vous verrez bien, faites-vous confiance!
Une fois la soupe obtenue, laissez-la bien rafraichir au frigo (1h minimum) et au moment de servir, ajoutez une cuillère à soupe de vinaigre de Xérès. Décorez de quelques feuilles de basilic et de quelques gouttes d'huile d'olive (et pour les plus gourmands, de quelques brisures de fêta).

C'est prêt!

Enjoy!
Bises!