lundi 14 mars 2011

LA JOYEUSE REVOLUTION D'AGNES B.

Comme nous vous l'avions dit, nous avons eu la chance d'être conviées au défilé Agnès b., mercredi dernier, qui se déroulait à l'hôtel Meurice.
Nous étions ravies d'assister au défilé de la marque avec laquelle nous avons toutes des souvenirs modeux très précis: le premier cardigan à pressions, un t-shirt à salamandre acheté avec son argent de poche...


Agnès b. a conçu sa collection autour d'une trame révolutionnaire et pourtant, clin d'oeil ironique, c'est dans un décor splendide à l'allure royale (et sous les yeux de La Pompadour!) que se déroulait la présentation, le tout accompagné de forts sympathiques coupettes de champagne et pâtisseries alléchantes...


Après les premiers passages sous forme de costumes issus tout droit de l'époque révolutionnaire, avec un hommage aux couleurs du drapeau français, étaient présentées des silhouettes parfaitement contemporaines.


Agnes b., comme  à son habitude, a proposé une mode juvénile, fraiche et urbaine. On pouvait aussi retrouver une déclinaison des éléments de la garde-robe des révolutionnaires: des redingotes masculines et/ou colorées, des mi-bas laineux, des boots plates...



Beaucoup d'emprunts à la garde-robe masculine pour une silhouette féminine confortable et urbaine. On a vu du cuir, du tweed, des allures à la Gavroche...


Les couleurs étaient assez sombres: beaucoup de bleu marine, des couleurs automnales chaudes mais aussi des touches de rouge éclatantes et des jupes imprimées de photographies.

Il y a aussi eu un très joli passage, cette fois-ci très féminin, avec des propositions rétros, oscillant entre années 40 et 50: des tailleurs dadames, des bérets juvéniles, des voilettes dramatiques...


Le sans-culotte devient tailleur pantalon sexy à même la peau:



Les silhouettes pour le soir étaient très belles avec de nombreux jeux de transparence mais aussi du cuir très femme fatale...Un balancement entre douce féminité et glamour affirmé!


Enfin, pour le final: la boucle est bouclée: on en revient à la femme révolutionnaire, exaltée...qui a remonté le temps pour épouser son amoureux!


Notre hotesse!
Enfin, un très agréable défilé plein de fraicheur, aux propositions diversifiées, pour des jeunes filles urbaines et pimpantes: du Agnès b., quoi!

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Par ici les petits mots:)